Les anciens et les modernes





La querelle des anciens et des modernes est, disons le nous bien, vieille comme le monde.
L’expression elle-même est née au XVIIe siècle ( ça ne nous rajeunit pas) d’une polémique au sein de l’Académie Française … loin de moi l’idée d’emmerder le lecteur en la jouant culturel … mais juste l’envie de dire qu’on est tous quelque part le ‘’vieux con’’ de quelque jeune … ou on le deviendra tous tôt ou tard.

Que dirait un tonton Cristobal (Colombo) ou un Vasco (de Gama) quand il aurait appris que les marins du XIXème siècle, par exemple, disposeraient d’un fabuleux appareil nommé sextant capable de déterminer après quelques élémentaires calculs de trigonométrie non seulement une latitude … mais, si si, je vous jure que c’est vrai … une longitude !
‘’Nan j’y crois pas, mon Cricri !’’ ... aurait dit le second de Cristobal (dont j’ai oublié le prénom mais à propos duquel les écrits de l’époque ne précisent pas si il a ajouté ‘’mon Cricri d’amour’’ ou pas, cela reste incertain) «  A ce train là n’importe qui va pouvoir se prétendre marin et partir en haute mer » ajouta-t-il d’un air désabusé…
Cristobal le regarda entre deux parcours circulaires de l’horizon ( car il était marin, vrai de vrai, lui, donc il regardait l’horizon, lui ... pas comme ceux qui … mais non, je vais brûler des étapes historiques, allons, du calme) en se disant intérieurement (pardonnez le langage, mais la vérité historique est ainsi, on parlait rude autrefois, enfin c'est ce qu'on m'a dit ...) ‘’.. . putain de merde, il a raison ce con … tout fout le camp, ça va devenir trop facile ...et on va voir tous les neuneus rappliquer en mer et nous faire la leçon’’…..
Ainsi pouvait-il aller d’un discours probable et néanmoins pertinent dans ces temps révolus.
D’autres encore anciens en leur temps d’un peu plus modernes anciens, malgré tout devenus eux-mêmes ‘’anciens ‘’ dans leur auréole gagnant en respectabilité par la patine du temps, purent sans doute en dire autant quand il apprirent que les nouvelles générations – non ? - mais si, si je vous assure ! - avaient à bord des appareils hyper sophistiqués qu’on appelle qu’on appelle récepteur gonio, permettant (mais non, enfin, c’est pas possible un truc pareil ? Si ? Vraiment?) un positionnement infaillible par azimutage d’émetteurs à terre , et et … des émetteurs-et-récepteurs de radiophonie au travers des ‘’ondes’’ dans l’atmosphère pour causer à distance, appeler, … non mais qui peut croire à des choses pareilles …,où va notre pôv’monde , avec des instruments pareils, que seront les marins bientôt devenus ?
Alors oui … que seront donc ces marins devenus ?
Bah, des nouveaux anciens, qui continueront de perpétuer ce vieil adage indémodable qui traverse les époques sans ne jamais faillir: «  De not’ temps, quand même, c’était aut' chose » ….. !!


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'amie sincère

Le mouvement immobile

Tout fout le camp, c'était mieux avant !